Ce que ma rencontre avec MIKE HORN m’a appris

Ce que ma rencontre avec MIKE HORN m’a appris

 

   Il y a quelques mois lors d’un vol au retour d’Osaka, on m’a signalé la présence à bord de Mike Horn. J’avais découvert avec beaucoup d’admiration l’explorateur-aventurier quelques années plus tôt, et n’avais pu m’empêcher de dévorer ses livres et suivre ses expéditions.

Partagé entre l’excitation de l’opportunité  et la peur de le déranger, je me suis finalement lancé. S’en est suivi trois heures de discussions passionnées et pour moi de nombreuses leçons.

 

C’EST CELUI QUI A LE PLUS ENVIE DE MANGER L’AUTRE QUI SURVIT – OU QUI GAGNE, ON NE VIT PAS TOUS DANS LA JUNGLE 😉

 

Alors que nous discutions avec Mike de sa descente à la nage de l’amazone, je lui posais des questions sur sa façon de se nourrir lors de cette aventure, et découvrit avec stupeur qu’il tuait des crocodiles à l’aide de ses mains et… d’un couteau.

En tant qu’individu moyen, je vous laisse imaginer ma réaction. Et si je ne m’étais pas renseigné avant sur lui, je l’aurais sans doute pris pour un affabulateur, voire un mythomane.

Et pourtant ! Mike m’expliqua alors que dans la nature comme dans la vie de tous les jours, la détermination est essentielle.

Lorsqu’il y a compétition ou confrontation, c’est celui qui en a le plus envie qui gagne. Et pas forcément le plus doué.

 

UNE SEULE OPTION : RÉUSSIR

 

Je lui demandais ensuite comment il expliquait son succès là où tant d’autres avaient échoué. Sa réponse fut simple : “Lorsque je me suis fixé un objectif et défini une direction, j’élimine toutes les autres options. Il n’est plus question de discuter, de me demander si il n’y a pas une meilleure option, si le matériel est adapté. Je n’envisage pas la blessure, je n’envisage pas la maladie ou la mauvaise rencontre. Une seule chose compte : mon objectif.”

Quel que soit le domaine dans lequel vous vous engagez, définir un objectif clair et écarter les autres possibilités est une capacité redoutable. Elle permet de rester centré sur l’essentiel et de revenir sur la route si quelque chose vous en éloigne.

De plus, cette stratégie permet de lutter contre ce qui est sans doute le plus grand défi actuel : les distractions. Elles sont partout aujourd’hui, et résister à la tentation n’a jamais été aussi difficile.

Lequel d’entre nous peut affirmer ne jamais regarder son fil Facebook ou la télévision au moment même où il devrait se lancer dans une tâche beaucoup plus importante ?

Alors la prochaine fois que vous avez quelque chose d’important à faire, écarter tout le reste !

 

SAVOIR RENONCER

 

Ce titre va sans doute vous paraître contradictoire avec le précédent et c’est volontairement qu’il lui fait suite.

Mike a un jour emmené avec lui sur l’un des sommets de l’Everest un de ses amis légionnaire. Alors qu’ils abordaient l’ascension finale, Mike a annoncé qu’au vu des conditions, il préférait renoncer. Son ami, pourtant moins expérimenté, souhaitait poursuivre et il insista. Mike répondit que sa décision ne bougerait pas. Ce jour là, sur ce sommet, deux personnes trouvèrent la mort.

Il arrive que les circonstances évoluent, que certains facteurs échappent complètement à notre contrôle. Et dans ces moments, la décision la plus courageuse et la plus difficile est de savoir dire stop. D’accepter le fait que malgré les mois voire les années de préparation, certains projets ne verront pas le jour, ou du moins, pas tout de suite.

Cette capacité est encore plus importante lorsque l’on endosse le rôle de coach, de guide ou de mentor. Les gens qui vous suivent vous font confiance et se sentent parfois invulnérables à vos côtés lorsque vous êtes dans votre domaine d’expertise. Protégez-les !

 

CONSTRUIRE SA CONFIANCE

 

Pendant de nombreuses années, une question m’a obsédé : chez les personnes “brillantes”, quelle est la part de talent, et quelle est celle qui résulte de l’apprentissage ?

J’ai donc voulu savoir à quoi Mike Horn attribue son mental qui semble résister à toutes les épreuves. Et selon lui, là encore, pas de secret, juste des habitudes.

Depuis tout jeune, son père l’a encouragé à développer des compétences clés dans le but de se forger une confiance solide. Et comme un muscle qu’on exerce, elle s’est avec le temps renforcée et a grandi.

En expérimentant lui-même, il a acquis une expérience de terrain et s’est constitué un répertoire d’apprentissages. Ce répertoire lui permet d’avoir des repères, des références qu’il peut utiliser pour développer de nouvelles capacités ou faire face à l’imprévu.

En prenant l’habitude de tutoyer ses limites, il les a repoussé et a acquis une profonde connaissance de lui-même et de ses capacités.

La confiance n’est pas une chose innée pas plus qu’elle n’est une pilule magique que l’on peut avaler ou apprendre en trois points sur internet. Elle est le fruit d’un travail permanent sur soi, d’un dépassement de soi et d’une connaissance de vos forces (qu’il vous faut amplifier) et vos faiblesses (qu’il faut apprendre à réduire ou pallier).

 

REVENIR À UN FONCTIONNEMENT PLUS INTUITIF

 

Une des choses qui m’a le plus marqué lors de nos échanges a été sa façon presque animale de se comporter. Il aime sentir, toucher, son regard est perçant. Sa manière d’appréhender son environnement est très intuitive, un peu comme s’il était directement connecté à ses sens et se souciait peu d’intellectualiser ce qu’il vit.

Pour lui, on a rendu les choses trop compliquées, on intellectualise trop, on cherche à trop comprendre et à ne pas assez à ressentir. On passe beaucoup de temps dans notre tête et très peu dans notre corps avec comme conséquence d’affaiblir certains de nos mécanismes naturels. Pensez à notre horloge interne par exemple. A force de regarder notre montre ou notre téléphone, nous avons perdu la capacité de savoir l’heure qu’il est sans utiliser de support. Pourtant, votre chat, lorsqu’il vous réveille tous les matins à la même heure, n’a pas besoin de lire l’horloge du salon.  

Je vous invite à prêter attention à vos sens et à tout ce qu’ils sont capables de capter. Prenez-les un par un et découvrez en la richesse. Vous risquez de vous rendre compte du nombre impressionnant d’informations à côté desquelles vous passiez, comme certains sons ou des parfums par exemple.

 

METTRE LES AUTRES À L’AISE – SE RENDRE ACCESSIBLE

 

Ce que j’ai le plus apprécié au contact de cet homme a été sa façon de me mettre à l’aise. Il a cette capacité extrêmement rare de vous faire sentir important, de vous faire sentir intéressant, intelligent. Lorsque vous parlez, vous avez son attention totale. Lorsque vous exprimez un avis, vous sentez qu’il est considéré. Il n’hésite pas à vous dire qu’il apprécie ce que vous dites ou qu’il n’avait jamais encore envisagé les choses sous cet angle. Je l’ai observé agir avec plusieurs personnes et chacune a eu droit à une attention privilégiée, à une façon unique et personnelle d’être considérée.

Ce jour là, j’ai expérimenté l’anecdote que l’on raconte au sujet de Gladstone et Disareli lors de la course à l’élection pour le poste de premier ministre d’Angleterre en 1888. Une femme ayant dîné avec l’un puis avec l’autre déclara : A la fin de mon dîner avec Gladstone, j’ai eu la sensation qu’il était la personne la plus intelligente du monde. A la fin de mon dîner avec Disraeli, j’ai eu l’impression que j’étais la personne la plus intelligente du monde.

Et si il s’agissait de la plus belle des compétences sociales ? Permettre à l’autre de se sentir le temps d’un échange, la personne la plus important au monde ? Étonnant venant de quelqu’un qui passe une grande partie de son temps seul en expédition.

 

LA MOTIVATION EST UN LEURRE

 

Aujourd’hui, et particulièrement dans le milieu du dévelopement personnel, on entend beaucoup parler de motivation. Je n’ai pas pu résister au fait de lui demander son avis sur la question. J’ai eu droit à un exemple en guise de réponse.

“Mathieu, quand il fait – 70 °C dehors (non il n’y pas de faute de frappe sur le chiffre) et que je dois monter ma tente, ou pire, en sortir et avancer, crois-tu vraiment que je suis motivé ? La motivation est un leurre. Des fois elle est présente, des fois pas du tout ! Tu ne peux pas compter dessus. Ce sur quoi tu peux t’appuyer, c’est ton conditionnement : toutes ces petites habitudes que tu as développées pendant de nombreuses années. Tu dois compter sur ta capacité à chasser le doute ainsi que le pire ennemi de l’action : l’hésitation !

 

En guise de conclusion, j’aimerais terminer cet article par une autre anecdote que Mike m’a raconté. Elle n’a pas de titre et vous pourrez vous même en tirer la leçon que vous souhaitez. L’ayant retrouvée dans une interview, je vous la livre telle que retranscrite.

“Enfant, mon père était mon modèle. Il faisait partie de l’équipe d’Afrique du Sud de rugby, les gens nous arrêtaient sur la route pour lui dire : “Bravo ! Tu as bien joué !” J’étais fier. Chaque jour, il se réveillait à 5 heures du matin pour aller courir et s’entraîner, et moi je l’accompagnais.  Après les matchs, je lui disais : “Tu sais je veux vraiment être comme toi, tu m’inspires.” Il m’a répondu : “Mais tu sais Mike pourquoi moi je me réveille chaque matin ? – Tu te réveilles pour aller courir, pour être plus en forme que les autres… – Non, non, non, pas du tout. Je me réveille chaque matin parce que je sais que toi, tu es là et que tu vas aller courir avec moi. En fait, c’est toi qui m’inspires.”

 

26 Commentaires
  • Adrien
    Posté à 10:27h, 23 mai Répondre

    Inspirant ! Une très belle rencontre, merci beaucoup pour ce partage plein de sagesse. Je vais de ce pas affûter mon couteau 😉

    • Mathieu Soriano
      Posté à 10:38h, 23 mai Répondre

      Merci Adrien !

  • Luis Felipe D'Alessandria
    Posté à 14:25h, 23 mai Répondre

    J’ai beaucoup aimé cet article. Combiner la determination dans l’objectif -où il n’y a pas de planB/distractions/doutes/hésitations- avec le recul necessaire de dire: non, on abandonne cela, c’est vraiment un art ! et lui en est un example dans ce context. Merci vraiement pour cet artice et pour nous rappeler à travers ta merveilleuse recontre l’importance de ce “mindset” das la vie. Bravo Mat

    • Mathieu Soriano
      Posté à 14:28h, 23 mai Répondre

      Merci pour tes encouragements Luis !

  • Olivier Claux
    Posté à 15:33h, 23 mai Répondre

    Merci Mathieu pour ce partage. Je savais que cette rencontre avait été importante. Ton retour va me permettre d’essayer d’ouvrir de nouvelles portes sur les autres.

  • Jérôme L
    Posté à 21:14h, 23 mai Répondre

    Mike Horn a un recul incroyable sur le sens de la vie. Il a fait des choses qui dépassent les limites de bien des personnes et a toujours su rester simple. Il y a un extrait de son livre “Conquérant de l’impossible” que j’aime beaucoup:

    “On qualifie d’impossible les choses que l’on n’a pas vraiment envie de faire.”

    Une anecdote lue dans son livre aussi. Il a dit un jour à son père qu’il partait voir un ami à vélo. Son père n’imaginait pas un seul instant qu’à l’âge de 8ans, Mike avait pris son vélo pour aller voir son oncle à 300kms de là !

    • Mathieu Soriano
      Posté à 21:39h, 23 mai Répondre

      Tellement révélateur du personnage cette anecdote !

  • Seron Julien
    Posté à 10:41h, 24 mai Répondre

    Génial !
    Sympa de te lire !
    Amitiés.
    Ju

    • Mathieu Soriano
      Posté à 10:43h, 24 mai Répondre

      Quelle bonne surprise Julien ! J’espere Que tu es en pleine forme !

  • Romain Malet
    Posté à 14:24h, 24 mai Répondre

    Salut Mathieu, ca fait longtemps ! article très intéressant et ca fait beaucoup de bien de relire certaines vérités que nous connaissons tous au fond de soit mais qui restent cachées par facilité … du quotidien ! (si je me rappelle bien il était passé a 2 doigts de la mort sur une prise d’otage)

    Romain de Narbonne. A bientôt sans doute avec David ! Bises

    • Mathieu Soriano
      Posté à 16:43h, 24 mai Répondre

      Salut Romain ! Merci pour ton message et content d’avoir de tes nouvelles. En effet, il a souvent flirté avec les limites… A bientôt !

  • Patrice Genet
    Posté à 12:32h, 25 mai Répondre

    Salut Mathieu, quelle rencontre ! Ça donne envie de se lancer dans ses livres et c’est « sans hésitation » ce que je vais faire. Ahhh cette hésitation … ça peut être une plaie !! C’est toujours un bonheur de te lire.

    • Mathieu Soriano
      Posté à 14:44h, 25 mai Répondre

      Merci Patrice ! Je pense écrire un article sur l’hésitation et la procrastination. Ça touche beaucoup de monde …

  • Emilie Pujol
    Posté à 09:22h, 28 mai Répondre

    Bravo Mathieu, je me suis régalée de te lire, ton article est captivant… merci 🙏

    • Mathieu Soriano
      Posté à 17:00h, 28 mai Répondre

      Merci Émilie

  • Clément Toussaint
    Posté à 11:43h, 28 mai Répondre

    Très belle rencontre effectivement… et belle leçon de vie!
    J’apprécie beaucoup votre générosité à partager cette expérience!
    … à l’occasion d’un Raid hier j’ai eu l’honneur de rencontrer Stéphane Diagana, immense champion et athlète modèle qui par son altruisme et sa générosité dans les quelques mots échangés m’a beaucoup impressionné!
    Je vous souhaite plein de belles rencontres à venir…

    • Mathieu Soriano
      Posté à 17:01h, 28 mai Répondre

      Merci pour vos encouragements Clément. Si vous aimez les Raids, un article à venir devrait vous intéresser.

  • Moktar Tabouri
    Posté à 23:39h, 28 juin Répondre

    Merci pour ce beau partage Mathieu !

    • Mathieu Soriano
      Posté à 23:40h, 28 juin Répondre

      Avec plaisir !

  • SetB COCHET
    Posté à 01:01h, 28 juillet Répondre

    Je découvre ton blog Matthieu et commence par cette belle rencontre des airs. Inspirant effectivement surtout le côté humble/hors du commun du personnage. J’ai bien aimé la relation père fils. Ça résonne dans la façon d’essayer de donner le goût de l’effort aux enfants. A bientôt. Benoît

  • Sophie Janssens
    Posté à 21:10h, 16 octobre Répondre

    Rien que pour cet article – j’admire Mike Horn – et cette dernière anecdote, je suis heureuse que Lolo m’ait invitée à aller farfouiller sur votre blog ! Hâte de continuer …

    • Mathieu Soriano
      Posté à 21:45h, 16 octobre Répondre

      Merci pour votre commentaire Sophie. Toujours de bon conseil ce Lolo 😉 En vous souhaitant de prendre autant de plaisir avec les autres articles.

  • Mélanie
    Posté à 00:26h, 06 novembre Répondre

    Quel bonheur doit on ressentir que de rencontrer et d’échanger avec cet homme. Merci pour ce partage, que de sagesse 😊

    • Mathieu Soriano
      Posté à 19:20h, 06 novembre Répondre

      Un mélange de pas mal d’émotions en fait ! 😉 On en sort gonflé à bloc !

  • Mylène
    Posté à 13:17h, 13 août Répondre

    Je suis venu flâner sur le blog, après qu’un ami très proche en commun m’en ait parlé.

    Je me suis précipitée sur l’article sur Mike Horn, m’en suis délectée,

    Quand on aime l’humain, on ne peut qu’être béate devant l’homme et aspirer à ce qu’il est,

    Je reviendrai baguenauder,

    merci Mathieu

    • Mathieu Soriano
      Posté à 15:07h, 13 août Répondre

      Avec grand plaisir et merci pour votre mail Mylène.

Poster un commentaire