Le plus grand des échecs

Le plus grand des échecs

pl

 

J’ai vécu pendant des années en croyant à ce que je pense être le plus gros des mensonges :

« Si tu réussis, tu seras heureux. »

Alors comme beaucoup, je me suis mis à chercher la réussite à tout prix. Et comme un mot qu’on a sur le bout de la langue, plus je pensais m’en approcher, plus il m’échappait.

Largement répandu, ce message peut amener certains, dont j’ai fait parti, à passer à côté de l’essentiel.

Pour moi, ça a commencé avec le sport. A peine inscrit dans une discipline, je cherchais à être le meilleur, à gagner, à remporter autant de victoires que possible.

Et quand, malgré les médailles, la joie n’était que de courte durée, je pensais m’être trompé de sport.

Alors je m’investissais à nouveau, ailleurs.

Ceux qui me connaissent se rappellent m’avoir vu débarquer avec une panoplie différente à chaque rentrée ou presque.

A l’école, même combat ! Il fallait être le premier, faire de belles et longues études, avoir un métier bien payé.

Alors à 23 ans, quand j’ai intégré Air France comme pilote de ligne, vous imaginez bien que je pensais être arrivé au sommet.

Pourtant, malgré une certaine fierté, je n’étais toujours pas épanoui.

Mes relations n’avaient pas le goût que j’avais imaginé, mes pensées étaient sans cesse agitées, bref, il manquait quelque chose.

Cette obsession du résultat ne se souciait pas beaucoup de mon ressenti, de mon épanouissement personnel.

Et pour combler ce manque ? Je me suis lancé dans la lecture de tout ce que j’ai trouvé sur le développement personnel, glissant vers une nouvelle obsession, recherchant la formule magique qui me permettrait de vivre heureux, et pour toujours si possible ! 😉

 

LA DIFFÉRENCE ENTRE LA RÉUSSITE ET L’ÉPANOUISSEMENT

 

La réussite est une science. Elle repose sur des principes, que l’on peut repérer et mettre en application. Lorsque vous suivez ces principes, vous vous en rapprochez. Lorsque vous les ne les respectez pas, vous vous en éloignez.

Imaginons que vous souhaitez mincir. Les principes sont relativement simples (je n’ai pas dit facile ! 😉 ) et universels.

Mangez équilibré, en quantité raisonnable, faites de l’exercice, et les résultats ne tarderont pas à suivre.

A l’inverse, si vous mangez comme un ogre, uniquement des choses grasses et sucrées, et ne bougez pas de votre canapé, vous ne tarderez pas à prendre du poids.

L’épanouissement, en revanche, est un art. Cela le rend unique et propre à chacun.

Ce qui vous rend heureux ne me rendra pas forcément heureux, et inversement. C’est ce qui fait que les personnes s’investissent dans des univers totalement différents et c’est tant mieux !

Par exemple, ma sensibilité artistique n’est pas très développée, et je suis toujours étonné de voir des personnes débourser des millions d’euros pour un tableau qui me semble avoir été peint par un enfant de 4 ans. 😉

Mais de la même manière, ce passionné d’art ne me comprendra pas forcément lorsque, pour le plaisir, je monte sur un ring de boxe.

Une vie ne sera heureuse et remplie que si l’on parvient à trouver un équilibre subtil entre épanouissement et réussite

 

COMMENT NOUS NOUS ÉLOIGNONS DE CE QUI NOUS ÉPANOUIT

 

Enfant, chacun de nous sait intuitivement ce qui le « remplit ».

En grandissant, malheureusement, nous sommes nombreux à nous en éloigner, et donc à nous éloigner de nous-mêmes.

Les causes sont nombreuses. Parmi les plus courantes, on trouve :

  • la volonté de s‘intégrer dans un groupe
  • le fait de vivre selon des règles de conduite rigides
  • la poursuite de la réussite à tout prix
  • la reproduction d’un schéma familial…

 

LE PIRE DES ÉCHECS

 

“Success without fulfillment is the ultimate failure.”  Tony Robbins

Le succès sans épanouissement est le plus grand des échecs.

Certaines personnes, à travers la poursuite acharnée d’une réussite détachée de tout épanouissement, se sont perdues en route. Les conséquences sont parfois dramatiques.

Pensez à Robin Williams. Cet homme qui a tant fait rire, qui a tant touché les gens. Il avait tout réussi. Une femme et des enfants qui l’aiment, un public conquis, la plupart des projets dans lesquels il s’est lancé ont connu un véritable succès.

Et pourtant, Robin WIlliams a rendu tout le monde heureux sauf lui même.

Son cas malheureusement n’est pas isolé : Amy Winehouse, Michael Jackson…

Plus proche de nous peut être, regardez l’augmentation inquiétante du nombre de dépressions, burn out, ou pire…

“Une carrière réussie est une chose merveilleuse, mais on ne peut pas se blottir contre elle le soir quand on a froid.”  Marilyn Monroe.

 

COMMENT S’ÉPANOUIR

 

La qualité de nos vies dépend essentiellement de 2 facteurs.

La qualité de nos relations ET la qualité des émotions que nous ressentons régulièrement.

Pourquoi nos relations sont si importantes ?

Parce qu’elles ont le pouvoir d’amplifier tout ce que l’on ressent de positif et d’apaiser tout ce qu’on ressent de négatif.

Pensez y une seconde. Quand vous venez de subir un coup dur, quel est le réflexe de la plupart d’entre nous ? En parler à quelqu’un.

Se sentir écouté, compris, avoir un lien social, amical ou amoureux, nous permet de partager notre douleur, de l’alléger, de nous remobiliser et d’aller puiser en nous des ressources qui ne nous semblaient plus disponibles.

Pourquoi préférons nous nous rendre à un concert qu’écouter un CD seul chez soi ? Pourquoi préférons nous aller voir un match dans un stade de 80 000 personnes plutôt que devant notre TV ? Car nous savons que la foule agira comme une caisse de résonance nous faisant vivre une expérience intense et mémorable !

Aussi, quand quelque chose de génial nous arrive, nous avons tendance à le raconter pour le revivre et l’amplifier.

Pour ceux qui souhaitent améliorer leurs relations, je vous renvoie aux articles que j’ai déjà écrits à ce propos. Je continuerai d’écrire sur ce sujet qui me tient à cœur et vous trouverez déjà de nombreuses pistes pour :

 

Considérons maintenant nos émotions :

Si vous passez la plupart de votre temps à ressentir des émotions agréables et qui vous donnent de l’énergie (amour, joie, excitation, euphorie), vous êtes heureux. Si vous passez le plus clair de votre temps dans des émotions de « souffrance » (colère, peur, frustration), ce sera plus compliqué.

Nous avons tous des émotions que l’on « fréquente » plus souvent que d’autres.

Pensez à ces gens tout crispés qu’un rien énerve pour le reste de la journée, ou au contraire à cet ami souriant qui est toujours heureux quoi qu’il se passe.

C’est un peu comme si nous avions une sorte de maison émotionnelle et que ce qui nous arrive, les évènements extérieurs, nous poussaient à rentrer à la maison. Une sorte d’état émotionnel par défaut.

Heureusement, il est possible de changer cet état par défaut et de transformer ou créer n’importe quelle émotion. Je vous explique  en détail comment le faire dans cet article.

Avant d’apprendre à changer les émotions que l’on ressent, je vous invite à faire un état des lieux qui nous servira de base de travail pour la suite.

En étant tout à fait honnête et transparent avec vous même, dressez tout de suite 2 listes : sur la première, inscrivez toutes les émotions « négatives » que vous ressentez lors d’une semaine type (stress, peur, angoisse, colère…). Sur la seconde, les émotions « positives » (fierté, joie, espoir, excitation …).

Malheureusement, la plupart des gens ont une liste d’émotions désagréables bien plus longue que celle des émotions agréables.

Si ce n’est pas le cas pour vous, félicitations ! Mais vous serez quand même sans doute intéressés par comment améliorer encore votre ressenti.

Alors ne trainez pas plus et apprenez comment reprendre le contrôle de vos émotions.

 

1 Comment
  • Caro
    Posté à 00:34h, 12 juillet Répondre

    Entièrement d’accord…..
    Mo GAWDAT à une théorie assez proche ou complémentaire de la tienne ….
    “l’équation du bonheur”

    “Anxiété, inquiétude, peur, culpabilité, honte… Ce sont autant de sentiments qui vous assaillent lorsque votre cerveau se rend compte qu’un événement ne correspond pas à vos attentes. Chaque jour, le cerveau humain moyen a entre 60 et 70% de pensées négatives. Si on l’on prend le temps d’y réfléchir deux minutes, on voit bien qu’un tel ratio n’est pas possible.

    La vie n’est donc pas si terrible ?M. G. : Au contraire ! Ce n’est pas la vie qui est terrible, mais notre résolution de l’équation qui et mauvaise. Nos cerveaux sont soumis à ce que j’appelle 6 grandes illusions (la pensée, soi, le savoir, le temps, le contrôle et la peur) et 7 « angles morts » (les filtres, les suppositions, les prévisions, les souvenirs, les étiquettes, les émotions et l’exagération) qui déforment notre vision de la vie. Ces 6 grandes illusions sont des concepts du monde moderne que l’on a identifiés comme étant ceux qui doivent nous guider, et les 7 angles morts sont des fonctions qui nous étaient utiles à l’âge de pierre, mais qui affectent aujourd’hui la façon dont le cerveau digère une information et dont nous percevons la réalité. En ce qui me concerne, l’illusion du contrôle a été longtemps responsable de mon malheur : à cause de la façon dont le monde moderne évolue, nous avons tendance à vouloir tout contrôler. Or l’univers est tel que tout s’y désintègre à force de grandir, grossir, et devenir hors de contrôle ! C’est le principe même de la physique. Vouloir tout contrôler, c’est avoir la garantie d’être malheureux-euse tout le temps, car l’univers sera contre vous. Les seules choses que vous pouvez contrôler sont vos actions et votre attitude. Dès lors que vous l’accepterez, vous serez en paix. Une fois que vous avez identifié les illusions et angles morts qui vous affectent, il faut vous accrocher aux 5 vérités ultimes : l’instant, le changement, l’amour, la mort et la création.”

Poster un commentaire